L’Ultimate, un sport olympique ? đŸ„‡

LE SCAN SPORT – Des courses rĂ©pĂ©tĂ©es, une dextĂ©ritĂ© nĂ©cessaire, une agilitĂ© requise et une bonne condition : ne vous-y trompez pas, l’Ultimate Frisbee est un sport particuliĂšrement physique qui pourrait devenir une Ă©preuve olympique Ă  part entiĂšre.

Un fonctionnement relativement simple

Sur le plan historique, l’Ultimate est apparue aux Etats-Unis dans les annĂ©es 1960 avant de s’exporter en France une dizaine d’annĂ©es plus tard. Actuellement, Ă  l’Ă©chelle nationale, la discipline est pratiquĂ©e tout au long de l’annĂ©e par environ 4.000 passionnĂ©s. Concernant les rĂšgles du jeu, le principe est simple. Deux Ă©quipes (mixtes) composĂ©es de sept joueurs (ou cinq joueurs sur sable) s’affrontent sur une surface de 100m par 37m (les distances sont rĂ©duites sur la plage).

Le porteur statique, ses coéquipiers mobiles

A chaque extrĂ©mitĂ©, une zone d’en-but dĂ©limite le terrain. Tout l’enjeu se trouve ici, Ă  savoir progresser par des passes successives vers la zone d’en-but adverse et y rattraper le disque. Pour prĂ©cision, le joueur portant le disque ne peut pas bouger et doit donc attendre les mouvements de ses coĂ©quipiers, un dĂ©lai de 10 secondes maximum lui est ainsi accordĂ©.

Le fair-play: un caractÚre prépondérant

Autre aspect important, l’Ultimate est un sport sans contact, il n’y a d’ailleurs pas d’arbitre. A ce propos, dĂšs qu’une faute se produit, tous les joueurs s’arrĂȘtent et le jeu est stoppĂ©, le temps que ces derniers se mettent d’accord. Ainsi, la notion de fair-play est omniprĂ©sente dans cette discipline. Enfin, concernant l’issue finale, selon la surface, la 1Ăšre Ă©quipe Ă  obtenir 17, 15 ou 13 points remporte la partie.

Un horizon pour les JO de Tokyo 2020?

Initialement considĂ©rĂ© comme un loisir, l’Ultimate frisbee a connu une avancĂ©e spectaculaire en 2015, annĂ©e au cours de laquelle la discipline a Ă©tĂ© officiellement reconnue comme sport par le ComitĂ© International Olympique (CIO). Reste Ă  savoir si celle-ci deviendra une discipline disputĂ©e lors des Jeux Olympiques. Ainsi, de nombreuses pratiques sont considĂ©rĂ©es comme des sports mais ne sont pas prĂ©sentes aux JO. D’autres facteurs sont aussi essentiels Ă  prendre en considĂ©ration: un nombre suffisant de FĂ©dĂ©rations nationales (environ 75) et de joueurs ou un certain dĂ©veloppement concernant le marketing.

Des championnats du monde en France

La compĂ©tition qui fait actuellement rage (du 18 au 24 juin) sur la plage de la Grande Conche Ă  Royan en Charente-Maritime constitue une illustration Ă©loquente de la rĂ©ussite de ce sport. En effet, pour la premiĂšre fois, la France accueille les championnats du monde d’Ultimate sur sable. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le succĂšs semble au rendez-vous avec pas moins de 1.500 joueurs issus de 30 pays. Plus globalement, la compĂ©tition reprĂ©sente un vĂ©ritable Ă©vĂ©nement. A ce titre, 14 terrains ont Ă©tĂ© amĂ©nagĂ©s pour accueillir les quelques 500 matches du challenge.  »

Article écrit & publié par Xavier Condamine http://www.lefigaro.fr/le-scan-sport/2017/06/21/27001-20170621ARTFIG00318-pourquoi-le-frisbee-peut-devenir-un-sport-olympique.php

2 comments on “L’Ultimate, un sport olympique ? đŸ„‡

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.